Anticiper la cession de son entreprise

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Souvent tabou pour les dirigeants de PME et ETI, le sujet de la cession de leur entreprise n’est pas de ces sujets que l’on sait aborder ouvertement tant il est stratégique. En effet, dévoiler son projet de cession est avant tout vécu comme une exposition risquée qui laisse la porte ouverte à de nombreuses interprétations, rumeurs, qui pourraient effrayer salariés, clients, fournisseurs, partenaires et faire les choux gras des concurrents. Ajoutons à cela la suspicion qu’un concurrent – justement – vienne profiter de la situation pour se porter acquéreur (ou envoyer un émissaire) et jeter un œil à votre tambouille interne que vous vous êtes évertué à garder secrète durant des années… Ces postures ont vite fait de freiner tout acte de transparence et de ternir les échanges, menaçant les moindres chances de réussite d’une transmission.

La cession est donc une étape clé, mais fort délicate.

En revanche une chose est certaine, il est plutôt recommandé pour le dirigeant de vendre quand l’entreprise est au beau fixe, et non quand elle connaît des difficultés. Dans ce cas, se placer en cessionnaire peut avoir un impact plutôt positif sur l’image renvoyée. Mais tout cela se travaille bien en amont !

Le processus de cession – transmission peut durer en moyenne un an. C’est long. Mais préparer la cession demande aussi un investissement en amont si le dirigeant veut valoriser au mieux son patrimoine. C’est d’autant plus important en cette période où de nombreux acteurs sont touchés par les transformations qu’imposent l’ère digitale dans laquelle nous baignons ! Votre entreprise a-t-elle pris ce virage ou non ? A défaut, y est-elle prête ? Autant d’arguments qui viendront renforcer ou affaiblir vos chances de trouver un repreneur pour une valeur intéressante.

Il faut au minimum 2 à 3 ans pour amorcer et ancrer une stratégie de transformation de votre entreprise pour renforcer son potentiel à moyen terme et la rendre ainsi  particulièrement intéressante pour un repreneur. Qui a envie d’acquérir une entreprise vieillissante, qui connaît mal ses clients, son marché ? Qui ne s’est pas remise en question ? Qui n’a pas veillé à pérenniser certaines activités ? Il y aura des intéressés, certainement, mais pas pour le prix dont vous rêvez !

Il est donc essentiel de réfléchir au développement de votre entreprise, au rebond qu’elle peut imaginer, surtout si vous savez qu’à un horizon de 3 à 5 ans vous envisagez sa transmission. Si vous vous y prenez tardivement, la motivation ne sera plus là et la valeur de votre patrimoine risque de s’étioler.

Durant ces quelques années, vous pouvez retourner la situation, prendre le contre-pied de la culture du secret en communiquant sur vos évolutions et vos succès. Si tout se passe bien, cette communication à elle seule pourrait permettre d’accélérer les offres spontanées de reprises et de gagner du temps sur cette phase « juridico-comptable » de transmission. Mieux, vous pouvez profiter de cette période de transformation profonde pour recruter un bras droit qui souhaiterait se positionner comme repreneur.

Vous le comprenez donc certainement, cette phase aussi primordiale pour le tissu économique local, que délicate pour la posture du dirigeant, peut permettre de révéler tout le potentiel de votre entreprise et valoriser d’autant plus la transaction que vous aimeriez conclure.

Nous proposons d’intervenir comme responsable développement et transformation en soutien au cessionnaire, pour lui permettre de définir et mettre en œuvre sa feuille de route, l’aider à anticiper la cession, à valoriser au mieux son entreprise.

Contactez-nous et discutons de votre situation !

Autres articles

Newsletter

Nous produisons 5 newsletters par an. Recevez nos publications et actualités sur l’innovation !

100% Privé. Pas de spam.